Lettre du MFRB adressée à La France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon et son équipe.

M. Mélenchon, allons ensemble vers une réelle sortie de l’extrême pauvreté, une égalité des chances pour tous et une transformation du “travail subi” vers le “travail choisi”.

Vous avez comme projet la Sécurité Sociale Intégrale. En ceci, vous répondez à quelques points de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen, article 25 : « Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, les soins médicaux, le logement ainsi que pour les services sociaux nécessaires. »

Cependant, la Sécurité Sociale ne sera Intégrale que si elle prend en compte l’humain dans la globalité de ses besoins de base.

Allez plus loin et proposez une Sécurité sociale réellement intégrale.

Faites que la Sécurité sociale s’étende aux besoins essentiels de nos concitoyen.ne.s. Prenez en compte l’alimentation, l’habillement. Veillez à faciliter l’accès au logement et à l’amélioration de ses conditions, particulièrement pour l’écologie et face à la précarité énergétique dont souffre 14% des français.es. Et comme vous le proposez déjà, encouragez le bien-être de chacun.e et celui des familles par plus de temps disponible, Et n’oubliez pas les moyens financiers indispensables pour permettre aux classes pauvres et moyennes de profiter véritablement de ce temps libéré. Ces cinq éléments sont indispensables pour une meilleure prévention de la santé.

Bien que vous le jugiez actuellement irréalisable, vous êtes “intéressé par le revenu universel que propose B. Friot.” C’est une somme identique (1500€) versée à tous et toutes, dès 18 ans, inconditionnelle, universelle. En cumulant des points pour acquérir une qualification supérieure, chacun pourra aussi avoir un revenu plus élevé.

Vous pensez que “cette idée de revenu universel ne peut se réaliser que par une socialisation totale de la production” et vous ne pensez “pas pouvoir le faire en cinq ans”. D’après vous, chez “les autres, il n’y en a pas un qui arrive au-dessus du seuil de pauvreté.”

Lors de votre dernier meeting, vous avez proposé l’allocation d’autonomie d’étude à partir de 16 ans dans l’enseignement professionnel”. Allez plus loin ! N’oubliez pas que tout le monde à besoin de se former tout au long de sa vie, notamment de se former aux nouvelles technologie du “nouveau continent numérique”. Etendez cette allocation à tous les citoyen.ne.s qui ont envie de construire l’avenir commun. On ne peut rien faire sans le savoir, permettez à chacun.e d’y accéder. Il nous est possible de gagner ensemble le défi du partage des richesses.

Bonne nouvelle, d’autres possibilités de financement existent !

Vous avez dit ce dimanche qu’il nous faut : “procéder à un partage des richesses assez profond pour que le déséquilibre accumulé, au terme duquel il y a plus de milliardaires et de millionnaires dans ce pays, tandis qu’il y a 9 millions de pauvres, 148.000 personnes qui n’ont plus d’adresses, 2 millions de personnes qui attendent un logement et toutes ces choses qui brisent et pourrissent la vie des gens sans aucune raison alors que la patrie est si riche.”

Cet investissement vers les citoyen.ne.s peut être rapidement mis en oeuvre pour permettre à chacun.e d’avoir une sécurité sociale intégrale en complément de la Sécurité sociale actuelle. Ce complément, dans l’esprit de votre projet, sera au moins au niveau du seuil de pauvreté et vous pouvez le mettre en oeuvre sans passer par une socialisation totale de la production.  Vous pouvez nommer cette mesure salaire à vie, revenu de base universel, dotation inconditionnelle d’autonomie… ou toute autre dénomination qui vous conviendra le mieux.

Il n’en reste pas moins que l’Assemblée constituante qui sera convoquée si vous êtes élu devra écrire une nouvelle constitution qui fait consensus. L’idée que chacun.e puisse vivre dignement peut être l’une des bases de cette nouvelle constitution. Cette idée sera discutée par les citoyen.ne.s, comme le SMIC pour protéger les employé.e.s, la règle verte pour protéger notre environnement, et un régime parlementaire élu à la proportionnelle pour protéger notre Démocratie.

Le revenu de base universel porte les espoirs de beaucoup de nos concitoyen.ne.s

Au cours des dernières années les avancées se sont multipliées. En 2016, plusieurs amendements ont été discutés à l’Assemblée nationale pendant les débats autour du projet de loi pour une République Numérique. Une mission d’information du Sénat a étudié le revenu de base et a rendu un rapport d’information sur la question qui propose son expérimentation en France en 2017. Nathalie Kosciusko-Morizet a défendu l’idée pendant la primaire de la droite et du centre. Les candidats à la primaire d’EELV ont tous défendu un revenu d’existence. En décembre, Charlotte Marchandise a gagné la primaire organisée par LaPrimaire.org en proposant un revenu de base universel. Et dernièrement, Benoît Hamon a remporté la primaire de la belle alliance populaire en proposant son revenu universel d’existence.

Vous l’avez appelé à “choisir entre eux et vous”, pour préparer une majorité parlementaire cohérente. EUX, ce sont ceux qui martèlent sur tous les plateaux de télévision que le revenu de base universel est une utopie impossible et irréalisable. VOUS, c’est la France Insoumise, la France qui n’accepte pas les inégalités de patrimoine, les plus grandes inégalités de richesses. VOUS, c’est la France Insoumise qui refuse que des gens meurent chaque année de froid dans la rue. VOUS, c’est la France Insoumise qui dénonce les politiques qui abandonnent des millions de personnes à la pauvreté. VOUS, est-ce la France Insoumise qui défendra, devant le Parlement, un revenu universel qui éradique la pauvreté ?

Sortons de la fracture sociale : “assisté” V/S “ceux qui payent”

“Et la bêtise, combien ça coûte? et la mort, combien ça coûte? qu’est-ce que c’est que cette comptabilité unilatérale?” dites-vous.

Aujourd’hui, celles et ceux qui bénéficient d’aides ou d’allocations sont stigmatisé.e.s par celles et ceux qui pensent être les seul.e.s à donner.

Faire que cette Sécurité sociale intégrale bénéficie à toutes les classes, pauvres, moyennes ou riches, c’est sortir de la stigmatisation celles et ceux qui ont droit à l’aide de la Communauté Politique.

Seule l’inconditionnalité permet de reconnaître ce droit humain fondamental dans une société solidaire.

En même temps, chacun.ne contribuera selon ses moyens. Les hauts revenus et patrimoines contribueront de façon plus importante à la solidarité nationale. Ainsi, le revenu universel qu’iels auront touché en tant que citoyen.ne.s, iels le reverseront par le nouvel impôt citoyen que vous proposez, prélevé mensuellement par exemple. Et iels en verseront plus encore pour participer à votre Sécurité sociale intégrale.

Vous affirmez : “La finance, c’est de la tuyauterie”... Alors orientons-là pour qu’elle profite à l’ensemble de la population.

Cet investissement de notre Communauté Politique est possible grâce à des mesures économiques novatrices. D’abord celles que vous formulez dans l’Avenir en commun : terrasser l’évasion et la fraude fiscale avec limpôt Universel, l’impôt progressif en 14 tranches, en rendant effectif le droit de réquisition des entreprises d’intérêt général par l’Etat, un revenu maximum autorisé…. Et encore parmis celles auxquelles nous réfléchissons : une contribution spécifique adaptée, un impôt sur l’actif net, une taxe sur les transaction financières scripturales (28.505 milliards en 2016), une TVA éco-responsable privilégiant le local, de la création monétaire, l’utilisation de monnaies locales complémentaires…

Chacun.e contribuera selon ses moyens. Ce n’est pas la monnaie qui manque pour investir dans cette Sécurité sociale intégrale. En investissant cet argent dans les citoyen.ne.s de notre Communauté Politique, il renforcera notre économie, dans le sens premier du terme : il renforcera la gestion de notre maison commune.

Monsieur Mélenchon, acceptez de rencontrer le MFRB – Mouvement Français pour un Revenu de Base

Vous avez dit sur TF1  : “Je suis prêt à parler avec qui le veut, texte en main”. Nous le voulons ! Nous présentons les diverses approches autour de ce sujet d’une manière ouverte et transpartisane. Nous vous proposons d’examiner ensemble les propositions autour de cette idée qui transformera notre société. Nous sommes conscient que si le revenu de base universel est mal mis en place, des dérives sont possibles. Profitez de nos recherches et réfléchissons ensemble à comment éviter ces écueils. Vous constaterez que nous avons travaillé sur des versions réalisables au niveau du seuil de pauvreté et qui pourront, comme vous le dites, permettre à chacun.e, de “ne plus être conditionné.e à faire tourner toute leur vie autour de leur obligation au travail.”


Auteurs : Loïc Chalumeau et Nicolas Toublanc
Photo : Wikimedia Commons, Cancillería Ecuador.