Article originellement publié sur futurism.com, traduit par Corentin Blanco pour le MFRB (Mouvement Français pour un Revenu de Base).

Le débat sur le revenu de base

Bien qu’elle ne soit pas nouvelle, la notion de revenu de base universel (RDB) – un système dans lequel toutes les personnes, sans distinction d’occupation, de situation démographique, de statut social, d’éducation ou de tout autre facteur extérieur, reçoivent un revenu de base – a gagné en popularité au cours des dernières années.

Aujourd’hui, des experts prédisent que 2018 sera l’année où le concept fera partie des grands sujets politiques.

« Nous allons voir des propositions concrètes sur le revenu de base introduites en 2018, que ce soit au niveau des États ou des villes », a déclaré Jim Pugh, expert du revenu de base à San Francisco et cofondateur d’Universal Income Project. « Quand je parle de revenu de base, presque tout le monde connaît le concept, y compris les élus. »

L’accent mis actuellement sur le revenu de base est en grande partie dû au recours accru à l’automatisation sur le lieu de travail. Au fur et à mesure que les systèmes automatisés rendent de plus en plus de travailleurs « obsolètes », le RDB est apparu comme un moyen de leur fournir l’argent nécessaire pour subvenir à leurs besoins de base.

Le revenu de base attire peut-être beaucoup l’attention en ce moment, mais les experts continuent de ne pas s’entendre sur l’impact potentiel d’un tel système. Les partisans affirment qu’il pourrait considérablement relancer l’économie, éliminer la pauvreté et donner aux gens plus de temps pour les loisirs ou pour poursuivre d’autres projets. Pendant ce temps, les détracteurs du RDB prétendent que le système pourrait rendre les gens paresseux et les encourager à se retrouver au chômage.

Il est vrai qu’il existe beaucoup d’options entre une société ayant instauré un vrai revenu de base, et une société qui n’en possède pas du tout (comme un crédit d’impôt sur le revenu gagné), et l’expérimentation de ces options pourrait servir à réduire le fossé entre les sympathisants et opposants du revenu de base.

« Rappelez-vous, le revenu de base n’est pas une idée unique. C’est une direction de pensée », a déclaré Rutger Bregman, historien néerlandais et défenseur du revenu de base.

« Nous pouvons faire en sorte que notre État-providence actuel soit plus ouvert à des évolutions pro-revenu de base à bien des égards. Et il y a beaucoup de politiciens – principalement à gauche – qui sont en faveur de cette direction. »

 

 

Bientôt incontournable dans l’opinion publique ?

2017 a été une grande année pour le revenu de base.

Aux États-Unis, Hawaï est devenu le premier État à adopter un projet de loi en faveur du revenu de base et Stockton, en Californie, est quant à elle la première ville à lancer une expérience sur le RDB. Le plus grand projet de revenu de base de l’histoire a été lancé au Kenya, et en Europe, la Finlande et l’Écosse ont toutes deux poursuivi leurs propres essais.

Cependant, alors que la popularité du revenu de base est en hausse, tous les experts ne sont pas certains que 2018 sera l’année où il sera repris par le courant politique dominant.

« Je pense que l’intérêt continuera de croître. Je ne pense pas que nous verrons des progrès significatifs en matière de politique cette année », a déclaré Sam Altman, président de la start-up Y Combinator et partisan du revenu de base. « Mais je pense que c’est entré dans les esprits des gens d’une manière qui est bonne et différente du communisme, et peu à peu les gens s’ouvrent à l’idée. »

Que ce soit Altman, Pugh, Bregman ou tout autre expert qui ait raison pour 2018, le sujet du revenu de base gagne certainement en popularité auprès des législateurs. Et si 2018 n’est pas l’année où il aura la faveur du courant politique dominant, il est probable qu’il le sera dans un avenir très proche.