LONDRES – Il n’est pas nécessaire d’être un fervent révolutionnaire pour déduire que le capitalisme mondial a un problème.

Article de  originalement paru dans le New-York Times. Traduction de Thibaut Labarre et Julie Rozé pour le Mouvement français pour un revenu de base.

Dans une grande partie du monde, les travailleurs en colère dénoncent une pénurie d’emplois suffisamment rémunérés pour soutenir la vie de la classe moyenne. Les économistes s’interrogent sur le remède à la faiblesse persistante de la croissance des salaires, alors que les robots semblent prêts à remplacer des millions de travailleurs humains. Lors du rassemblement annuel de l’élite mondiale dans la station balnéaire suisse de Davos, les chefs des finances milliardaires débattent de la manière de rendre le capitalisme plus doux pour les masses afin de désamorcer le populisme.

C’est là qu’arrive le revenu de base universel

L’idée gagne du terrain dans de nombreux pays comme proposition pour adoucir les angles du capitalisme. Bien que les détails et les philosophies varient d’un endroit à l’autre, la notion générale est que le gouvernement distribue des chèques réguliers à tout le monde, peu importe le revenu ou si les gens travaillent. L’argent assure de la nourriture et un abri pour tous, tout en éliminant le stigmate du soutien public.

Certains considèrent le revenu de base comme un moyen de laisser les forces du marché exercer leur magie impitoyable, d’innover et de favoriser la croissance économique, tout en offrant un coussin à ceux qui échouent. D’autres le présentent comme un moyen de libérer les gens des emplois misérables et pauvres, permettant aux travailleurs de s’organiser pour de meilleures conditions ou de consacrer du temps à des exploits artistiques. Une autre école y voit la réponse nécessaire à une époque où l’on ne peut plus compter sur le travail pour financer les besoins de base.

« Nous constatons la précarité croissante de l’emploi », a déclaré Karl Widerquist, un philosophe de l’Université Georgetown au Qatar et un ardent défenseur d’un filet de sécurité sociale universel.

Le revenu de base donne au travailleur le pouvoir de dire : « Eh bien, si Walmart ne me paie pas assez, alors je ne vais pas travailler là-bas ».

Le revenu de base universel est clairement une idée qui a le vent en poupe. Au début de cette année, la Finlande a lancé une expérience nationale de deux ans sur le revenu de base. Aux États-Unis, un essai a récemment été mené à bien à Oakland, en Californie, et un autre est sur le point d’être lancé à Stockton, une localité touchée de plein fouet par la Grande récession et l’épidémie de saisies immobilières qui s’ensuit.

La province canadienne de l’Ontario inscrit des participants à un essai sur le revenu de base. Plusieurs villes néerlandaises explorent ce qui se passe lorsqu’elles distribuent des subventions en espèces sans condition aux personnes qui reçoivent déjà une certaine forme de soutien public. Un test similaire est en cours à Barcelone, en Espagne.

Une organisation à but non lucratif, GiveDirectly, est en train d’élaborer des plans pour fournir des subventions en espèces universelles dans les zones rurales du Kenya.

En tant que concept, le revenu de base a été redistribué sous diverses formes pendant des siècles, gagnant des adeptes à travers un large éventail idéologique, du philosophe social anglais Thomas More au révolutionnaire américain Thomas Paine.

Huey Long, le gouverneur de Louisiane, Huey Long, l’icône des droits civiques Martin Luther King Jr. et l’économiste du laissez faire Milton Friedman étaient probablement d’accord sur peu de choses, mais tous se sont prononcés en faveur d’une certaine forme de revenu de base.

Dans un signe clair de sa monnaie moderne, le Fonds monétaire international – qui n’est pas une institution encline aux rêves utopiques – a récemment exploré le revenu de base comme une solution potentielle à l’inégalité économique.

Tout le monde n’aime pas l’idée. Les conservateurs craignent que le fait de distribuer de l’argent sans obligation ne transforme les gens en paresseux dépendants du chômage.

Dans le contexte américain, toute discussion sur une forme véritablement universelle du revenu de base entre également en conflit avec l’arithmétique. Donnez à chaque Américain 10 000 $ US par an – une somme encore inférieure au seuil de pauvreté d’un individu – et la facture s’élève à 3 billions de dollars US par an. C’est environ huit fois plus que ce que les États-Unis consacrent actuellement aux programmes de services sociaux. Conversation terminée.

Aux États-Unis, les économistes axés sur le travail se méfient particulièrement du revenu de base, étant donné que les programmes de sécurité sociale américains ont été considérablement réduits au cours des dernières décennies et que l’aide sociale, les prestations de chômage et les coupons alimentaires sont tous assujettis à diverses restrictions. Si le revenu de base devait remplacer ces composantes par un programme géant – la proposition qui attirerait les libertaires -, il pourrait être considéré comme une cible fatale pour des coupes budgétaires supplémentaires.

Robert Greenstein, président du Center on Budget and Policy Priorities, une institution de recherche basée à Washington, a déclaré dans un récent blog que des dizaines de millions de personnes pauvres se retrouveraient probablement dans une situation encore pire. « Serions-nous partis de zéro – et notre culture politique serait-elle plus proche de celle de l’Europe occidentale – U. B. I. pourrait être une réelle possibilité. Mais ce n’est pas le monde dans lequel nous vivons. »

Et certains défenseurs de la cause des travailleurs rejettent l’idée que le revenu de base est une approche erronée du véritable problème du manque de chèques de paie de qualité.

« Les gens veulent travailler », a déclaré l’économiste lauréat du prix Nobel Joseph E. Stiglitz lorsque je lui ai posé des questions sur le revenu de base au début de cette année. « Ils ne veulent pas de charité. »

Pourtant, certaines des expériences de revenu de base actuellement en cours sont conçues précisément pour encourager les gens à travailler tout en limitant leurs contacts avec l’aide publique.

Les essais de la Finlande donnent aux chômeurs le même montant d’argent qu’ils recevaient déjà au titre des allocations de chômage, tout en les libérant de leurs obligations bureaucratiques. Le pari, c’est que les gens utiliseront le temps maintenant gaspillé à soumettre de la paperasserie pour s’entraîner à de meilleures carrières, à démarrer des entreprises ou à accepter des emplois à temps partiel. Dans le cadre de ce système, l’essai remplace les personnes vivant de prestations sociales qui risquent de perdre leur soutien si elles obtiennent d’autres revenus.

En bref, le revenu de base est avancé non pas comme une permission pour les Finlandais de se prélasser dans le sauna, mais comme un moyen de renforcer les forces de destruction créatrice si inhérentes au capitalisme. Comme le veut la logique, une fois que l’on a éliminé les soucis de subsistance, les entreprises fragiles peuvent être fermées sans se soucier de ceux qui perdent leur emploi, libérant du capital et des talents pour des entreprises plus productives.

Les essais menés aux Pays-Bas, au niveau municipal, visent également à éliminer la bureaucratie du système de chômage. Idem pour l’expérience de Barcelone.

La Silicon Valley a fait du revenu de base un élément crucial pour permettre la poursuite du déploiement de l’automatisation. Alors que les ingénieurs sont à l’avant-garde pour remplacer les travailleurs humains par des robots, les financiers se concentrent sur le revenu de base en remplacement des chèques de paie.

L’expérience de Stockton, en Californie, qui est appelée à devenir le premier gouvernement municipal à tester le revenu de base, est en partie financée par un groupe de pression connu sous le nom de Economic Security Project, dont les bailleurs de fonds comprennent le cofondateur de Facebook, Chris Hughes. L’essai devrait débuter l’an prochain, et un nombre indéterminé de résidents recevra 500 $ par mois.

L’essai à Oakland a été réalisé par Y Combinator, un incubateur en phase de démarrage. Ses chercheurs ont octroyé des subventions variables à quelques dizaines de personnes comme simple test de faisabilité pour le revenu de base.

La phase suivante est beaucoup plus ambitieuse. Les chercheurs du Y Combinator prévoient de distribuer des subventions à 3 000 personnes dont le revenu est inférieur à la moyenne dans deux États américains encore non divulgués. Ils remettront 1 000 $ par mois à 1 000 personnes, sans condition, et 50 $ par mois pour le reste, ce qui permettra de comparer la façon dont les bénéficiaires utilisent l’argent et l’impact sur leur vie.

L’un des éléments clés de la poussée du revenu de base est l’hypothèse selon laquelle les pauvres sont mieux placés que les bureaucrates pour déterminer l’utilisation la plus avantageuse de l’aide. Plutôt que d’imposer aux bénéficiaires des règles complexes et un éventail vertigineux de programmes, il vaut mieux leur donner de l’argent et les laisser décider comment s’en servir.

Il s’agit là d’une idée centrale du programme GiveDirectly au Kenya, où une étude pilote a été lancée l’an dernier, dans le cadre de laquelle il a distribué de petites subventions en espèces inconditionnelles – environ 22 $ par mois – aux résidents d’un seul village. Le programme est en train d’élargir son champ d’action et prévoit de distribuer des subventions à quelque 16 000 personnes dans 120 villages.

Du point de vue de la recherche, il s’agit encore d’une époque où le revenu de base n’en est qu’à ses débuts, un temps d’expérimentation et d’évaluation avant que des sommes importantes ne soient consacrées à un nouveau modèle.

Pourtant, d’un point de vue politique, le revenu de base semble avoir trouvé son moment, celui des craintes des travailleurs pauvres conjuguées à celles des riches, qui voient dans l’inégalité grandissante le risque de voir des foules maniant des fourches.

« L’intérêt explose partout », a déclaré Guy Standing, associé de recherche à la SOAS* University of London. « Les débats sont maintenant extrêmement féconds. »


*School of Oriental and African Studies

Correction : 15 novembre 2017
Une version antérieure de cet article avait faussé le montant d’argent que les chercheurs avec Y Combinator prévoyaient donner à 3 000 personnes dans le cadre d’une étude. Alors que 1 000 personnes recevront 1 000 $ par mois, les autres recevront 50 $ par mois, et non 500 $ par mois.

Articles sur le même thème :